Habiter au Sultanat d’Oman en 2022 : l’exemple de la Villa d’Houmoud al-Ghafri dans le village d’ad-Dariz

Au Sultanat d’Oman, parallèlement à la démographie exponentielle que connait le pays aujourd’hui, l’urbanisation bat son plein. Des zones qui auparavant n’étaient pas habitées car les moyens techniques de l’époque ne permettaient pas de subvenir de manière pérenne aux besoins en eau de ses habitantes et de ses habitants, voient l’érection continue de ce que l’on appelle communément la « villa » omanaise (Fig. 1). Les villages traditionnels en terre et pierre étant abandonnés depuis plusieurs décennies[4], c’est l’ensemble de la population omanaise, sans distinction sociale ou financière, qui occupe désormais l’une de ces larges demeures.

Lire la suite sur le carnet CoHabiter.


Vous aimerez aussi...