Présence(s) animale(s)

Le programme d’agrégation de littérature comparée pour les sessions 2022 et 2023 rassemble cinq fictions de métamorphoses qui articulent animalité et humanité selon des modalités et des devenirs variés : L’Âne d’or d’Apulée, « Le colloque des chiens » de Cervantès, La Métamorphose et « Rapport pour une académie » de Kafka et Mon oncle le jaguar de l’auteur brésilien Guimarães Rosa. L’hybridation permet une expérience de l’animalité ouvrant sur des explorations fictionnelles diverses (exploration du monde, du langage, d’une autre sensibilité, d’une autre subjectivité, etc.). Aussi, outre sa reprise de perspectives classiques comme le mythe de la métamorphose, la tradition de la satire et le conte fantastique, ce programme s’inscrit également dans un champ de recherche en plein développement : la zoopoétique qui se donne comme tâche critique de voir comment le langage humain – littéraire – peut expérimenter l’irréductible du vivant (Anne Simon, Une bête entre les lignes, Wilproject, 2021). Les incursions imaginaires dans les expériences animales suscitent en effet un décentrement cognitif, éthique et esthétique, offrent un tiers- lieu où penser, où figurer notre rapport au monde et aux autres espèces.

Lire la suite sur le carnet RAT.



Citer ce billet
Laurent Gallet (2022, 19 septembre). Présence(s) animale(s). Les moissons d'hypothèses. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlap

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search