Le château en contrepoint : ce que l’habitat dit de la forteresse dans le Charolais et le Bourbonnais, par Franck Chaléat

Remplissant le rôle de pôle dans le système spatial médiéval (et moderne), le château devient souvent un haut-lieu étudié pour lui-même, par le biais de ses composants architectoniques et stylistiques, de ses fonctions militaires et résidentielles, de ses logiques de positionnement. Pourtant, malgré certains effets de mise en scène (motte, fossés, basse-cour, jardins), cet objet n’est pas totalement retranché de ce qui l’entoure : inclus dans des configurations socio-spatiales déjà en place, le château subit un héritage pesant sur son emplacement et sa configuration ; ses limites composent autant avec certaines lignes maîtresses des paysages qu’avec certaines dynamiques sociales externes ; ses points de contact avec l’extérieur trahissent également des logiques non-militaires et un certain rapport avec la communauté.

Lire la suite sur le Carnet parodien d’histoire de l’art et d’archéologie.



Citer ce billet
Laurent Gallet (2022, 7 novembre). Le château en contrepoint : ce que l’habitat dit de la forteresse dans le Charolais et le Bourbonnais, par Franck Chaléat. Les moissons d'hypothèses. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlbk

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search