Nicolas REVEYRON, De quoi châteaux et palais sont-ils le nom ?

Au fond de la cour, dont le terrain s’élevait insensiblement, le château se montrait entre deux groupes d’arbres. Sa triste et sévère façade présentait une courtine portant une galerie à mâchicoulis, denticulée et couverte. Cette courtine liait ensemble deux tours inégales en âge, en matériaux, en hauteur et en grosseur, lesquelles tours se terminaient par des créneaux surmontés d’un toit pointu, comme un bonnet posé sur une couronne gothique.

Quelques fenêtres grillées apparaissaient çà et là sur la nudité des murs. Un large perron, roide et droit, de vingt-deux marches, sans rampes, sans garde-fou, remplaçait sur les fossés comblés l’ancien pont-levis ; il atteignait la porte du château, percée au milieu de la courtine. Au-dessus de cette porte on voyait les armes des seigneurs de Combourg, et les taillades à travers lesquelles sortaient jadis les bras et les chaînes du pont-levis. […]

Lire la suite sur le Carnet parodien d’histoire de l’art et d’archéologie.



Citer ce billet
Laurent Gallet (2023, 16 janvier). Nicolas REVEYRON, De quoi châteaux et palais sont-ils le nom ? Les moissons d'hypothèses. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlcu

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search