Habilitation à diriger les recherches en études urbaines de Laurence Rocher « Réseaux, flux et politiques de l’environnement urbain »

Le mémoire met en relation l’énergie et les déchets, abordés en tant que flux résiduels des systèmes urbains contemporains. Une réflexion dialectique est développée à partir d’une mise en miroir de deux objets : d’une part les déchets, qui font l’objet d’une valorisation énergétique ancienne et établie, et d’autre part le surplus énergétique, sous la forme de « chaleur fatale », dont la récupération est encouragée, mais de manière très récente et encore peu stabilisée. Une double hypothèse est posée : la production énergétique tend à devenir un moyen d’absorption des déchets, tandis que l’énergie perdue n’est pas régulée en tant que déchet mais comme ressource. L’analyse développée adopte une perspective critique de l’économie circulaire, et se situe dans le champ des approches sociopolitiques des infrastructures urbaines et des flux qu’elles véhiculent. Le parti-pris méthodologique consiste toutefois à « désurbaniser » le regard, c’est-à-dire à s’attacher aux normes, aux politiques et aux instruments qui gouvernent ces flux, souvent de manière discrète, afin de mieux saisir le « moment urbain » de leur circulation effective.

Lire la suite sur le carnet Circulations.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Laurent Gallet (10 février 2023). Habilitation à diriger les recherches en études urbaines de Laurence Rocher « Réseaux, flux et politiques de l’environnement urbain ». Les moissons d'hypothèses. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlde


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search