[Appel à contribution] Les sexualités ecclésiastiques et le corps social, Moyen Âge-époque moderne – UGA, 17-19 avril 2024 – DL : 30 septembre 2023

La sexualité du clergé a été abordée dans l’historiographie sous l’angle essentiellement de la ou des réforme(s) de l’Église, vue(s) du côté latin comme un long combat pour imposer le célibat et l’abstinence, s’opposant plus ou moins explicitement aux églises orientales, et à partir du XVIe siècle « protestantes », qui autorisent ou encouragent le mariage d’une partie au moins de leurs ministres du culte. Les travaux du dernier quart du XXe siècle ont ainsi tenté d’évaluer l’échec ou le succès relatif de ce combat, à partir d’une documentation plus pratique que normative. L’enquête s’est focalisée sur cette question du célibat, en reprenant un modèle clérical considéré comme idéal, avant sa remise en cause par les protestants, et a laissé de côté des pans entiers du sujet, théoriques (la réflexion juridique et théologique sur les liens entre sacerdoce, ministère et état de perfection morale) et pratiques (tant sur la « normalité » sexuelle que sur la sexualité proprement dite ou sur les modalités de correction des «déviances» cléricales). Seul le «tournant grégorien» a été traité plus largement, avec notamment des études sur les fondements théoriques de l’évolution faisant du célibat ecclésiastique un enjeu majeur du gouvernement de l’Église.

Lire la suite sur le carnet Doc-Ciham.



Citer ce billet
Laurent Gallet (2023, 3 juillet). [Appel à contribution] Les sexualités ecclésiastiques et le corps social, Moyen Âge-époque moderne – UGA, 17-19 avril 2024 – DL : 30 septembre 2023. Les moissons d'hypothèses. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlfw

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search