Les portraits d’ancêtres dans le mode romain : la place de l’image, le pouvoir du texte, par Sarah KOURDI

Le monde romain est connu pour un culte aux ancêtres particulièrement fervent qui se matérialise par l’exposition de portraits d’aïeux, quel que soit leur support, dans l’atrium des demeures aristocratiques (domus ou villa). De nombreux textes décrivent cette pratique, réservée uniquement à l’élite en vertu du jus majorum qui pourrait se traduire par « le droit aux images d’ancêtres ». Ces portraits, leur réalisation et leur usage, étaient liés à des rites bien spécifiques dans le but d’honorer les aïeux. Des célébrations étaient organisées à la date anniversaire du décès de chaque défunt, rythmant ainsi les cultes domestiques et la vie familiale. Dans le cadre privé, le portrait d’ancêtre possède à la fois un rôle honorifique et commémoratif, mais aussi de garant matériel de la gloire des aïeux ainsi que celle de la gens.

Lire le billet sur le Carnet parodien d’histoire de l’art et d’archéologie.



Citer ce billet
Laurent Gallet (2023, 18 juillet). Les portraits d’ancêtres dans le mode romain : la place de l’image, le pouvoir du texte, par Sarah KOURDI. Les moissons d'hypothèses. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlg2

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search