L’écrit dans le vitrail

Dans les vitraux, l’écrit est très présent, depuis les débuts jusqu’à nos jours. On en repère dans des fragments mis au jour au cours des fouilles archéologiques. Le colloque tenu à Auxerre a dressé, en 2010, un bilan de ces découvertes. Rappelons à titre d’exemple les fragments dégagés du groupe épiscopal de la cathédrale de Rouen, datant du milieu du IXe siècle. À l’autre extrémité de cette chaîne chronologique, en 1958, à l’abbatiale de Couvrechef-la-Folie (Calvados), Sergio de Castro a rempli l’immense claustra fermant un mur entier avec le texte des Psaumes sous forme de lettres monumentales qui constituent le sujet. Étant donné l’étendue du sujet, ma présentation lors du colloque s’était appuyée sur une série d’illustrations que j’avais commentées. Je vais en retenir quelques-unes qui permettront de comprendre comment les inscriptions s’insèrent dans les vitraux.

Lire la suite sur le Carnet parodien d’histoire de l’art et d’archéologie.



Citer ce billet
Laurent Gallet (2023, 11 septembre). L’écrit dans le vitrail. Les moissons d'hypothèses. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlgc

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search