[Appel à communications] Le mariage en débat dans la littérature française du Moyen Âge au XVIIIe s. : discours normatifs, ordre patriarcal et transgressions (Arras)

S’il est défini canoniquement par la papauté comme un sacrement depuis 1184, le mariage est aussi depuis 1792 un contrat civil qui, du moins jusqu’en 2013 en France, unissait un homme et une femme. Objet de nombreux débats et satires, le mariage est donc régi par des règles juridiques et religieuses que la littérature et les arts ont reformulées avec leur propre langage et leurs propres codes esthétiques et moraux. L’exemple le plus connu de cet écart est que le mariage d’amour est présenté comme le dénouement heureux de la comédie et du roman héroïque, dans une période où pourtant, selon la célèbre formule de Montaigne, « Un bon mariage, s’il en est, refuse la compagnie et conditions de l’amour ». Aussi la littérature invente-t-elle des « fictions » du mariage – à moins qu’elle ne décide de le rejeter comme dans la fin’amor ou la préciosité – visant à idéaliser l’union conjugale pourtant soumise à des contraintes sexuelles et sociales imposées par l’Église ou la loi.

Lire la suite sur le carnet Doc-Ciham.



Citer ce billet
Laurent Gallet (2023, 23 octobre). [Appel à communications] Le mariage en débat dans la littérature française du Moyen Âge au XVIIIe s. : discours normatifs, ordre patriarcal et transgressions (Arras). Les moissons d'hypothèses. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rlh2

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search