Petites écoles et culture de l’écrit en montagne aux XVIIe et XVIIIe siècles

C’est un fait bien connu des historiens : à la fin du XVIIIe siècle, seules les grandes villes du royaume de France affichent des taux massifs d’alphabétisation (évaluée par la signature de l’acte au mariage, indicateur sur lequel je reviendrai). La moitié des lecteurs, alors, serait en ville, quand la population urbaine ne représente au mieux que 20% de la population française. Paris connaît plus de 80% d’alphabétisés, Lyon (avec un taux de 74% chez les ouvriers en soie, l’élite ouvrière) et Marseille (70%) suivent de près la capitale, et même si les filles sont toujours derrière le niveau des hommes, elles aussi dépassent en ville largement le niveau des campagnes, qui croupissent dans un analphabétisme béant.

Lire la suite sur le Carnet parodien d’histoire de l’art et d’archéologie.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Laurent Gallet (8 janvier 2024). Petites écoles et culture de l’écrit en montagne aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les moissons d'hypothèses. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vjs2


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search