[Appel à communications] Colloque international “Pratiques du jeu en Europe (XIIe -XVIe s.)”, Paris-Louvain (9-11 octobre 2024)

Le jeu, aux dires de Jacques de Cessoles dans son Libellus de moribus hominum, ne se place pas uniquement sous le signe de la distraction : certains divertissements, tels que le jeu d’échecs, offrent la possibilité de se soustraire aux tentations de la paresse tout en incitant à la vertu et à l’exercice de la raison. Les sottili ragioni qu’évoque en toscan le traducteur anonyme du Libellus rappellent ainsi que la fonction récréative du « jeu des rois », pour importante qu’elle soit, se complète aussi de certaines qualités qui s’inscrivent dans le champ de l’intellect et de la morale. Divertissement subtil dont l’invention est attribuée au Moyen Âge à de prestigieuses figures du savoir – le philosophe Xerxès pour Jacques de Cessoles, le mathématicien Attalus pour Jean de Meun[2] –, les échecs comptent parmi ces jeux de stratégie dont la pratique apparaît comme un vecteur d’enseignement et d’apprentissage, propice à l’expression et à la transmission de compétences physiques ou cognitives et à l’enseignement de normes de comportements.

Lire la suite sur le carnet Doc-Ciham.



Citer ce billet
Laurent Gallet (2024, 12 février). [Appel à communications] Colloque international “Pratiques du jeu en Europe (XIIe -XVIe s.)”, Paris-Louvain (9-11 octobre 2024). Les moissons d'hypothèses. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vsz7

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search