Saint Thomas d’Aquin, lumière du monde

L’image pourrait paraître hardie si je ne la tirais d’un sermon dominicain siennois de la fin du xve siècle construit autour du verset de l’évangile selon saint Jean : Je suis la lumière du monde ((Jn 8, 12)). Dans l’évangile, il est évidemment question du Christ, mais notre prédicateur, Pier Paolo da Chianciano, n’hésite pas, sur la base de comparaisons très nombreuses, à répéter que Thomas d’Aquin, frère de son ordre né en 1225, mort en 1274, canonisé en 1323, est lui aussi, « lumière du monde » ; rien que cela. Précisons que s’il pousse l’image assez loin, il ne fut pas le premier à le faire. L’Ystoria rédigée par Guillaume de Tocco entre 1318 et 1323 en vue de la canonisation de Thomas d’Aquin, file la métaphore de la lumière tout au long de sa préface.

Lire la suite sur le Carnet parodien d’histoire de l’art et d’archéologie.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Laurent Gallet (25 mars 2024). Saint Thomas d’Aquin, lumière du monde. Les moissons d'hypothèses. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w2y6


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search