[Parution] Pierre Prétou, L’invention de la piraterie au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France, 2021, 228 p.

À la fin du Moyen Âge, après des siècles d’abandon du lexique maritime antique, les mots d’une nouvelle accusation pénale – le crime de piraterie des Latins – réapparaissent dans les archives. Peu à peu, le lexique médiéval des « larrons de mer » se retire des rivages, tandis que s’avance le pirate : au seuil de la modernité, la France réinvente son criminel en mer. Cette mécanique fut avant tout atlantique et royale : une invention, ou découverte, de la piraterie, telle une relique sainte du passé romain qui serait remontée à la surface avant d’être exploitée par les Valois pour ses vertus pénales.

Lire la suite sur le carnet Doc-Ciham.



Citer ce billet
Laurent Gallet (2021, 23 avril). [Parution] Pierre Prétou, L’invention de la piraterie au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France, 2021, 228 p. Les moissons d'hypothèses. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rkxm

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search