Le chant du poulet sous vide, Lucie Rico (2020)

Premier roman de Lucie Rico, Le chant du poulet sous vide a obtenu le Prix du roman d’écologie en 2021. Éleveuse de volailles à la campagne, la mère de Paule vient de mourir. Elle a laissé à sa fille une seule instruction: exécuter l’un de ses poulets, Théodore le borgne. Étrange testament ou curieux rite de passage? Cette demande marque en tout cas la reprise en main de la ferme par la citadine. Héritant d’un élevage de trois cents poulets et de cinquante poules, Paule commence à vendre ses bêtes les jours de marché, sous l’oeil d’abord hostile des autres éleveurs. Elle obtient pourtant un certain succès grâce à une technique de vente novatrice : chaque oiseau tué a droit à sa propre biographie, collée à même l’emballage. Ses vies de poulets attirent l’oeil des acheteurs et le succès est au rendez-vous, au détriment de sa vie de couple qu’elle délaisse au profit de sa ferme.

Lire la suite sur le carnet Pense-bête.



Citer ce billet
Laurent Gallet (2024, 27 mai). Le chant du poulet sous vide, Lucie Rico (2020). Les moissons d'hypothèses. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11q08

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search