L’Instruction, Isabelle Sorente (2023)

Dans les romans d’Isabelle Sorente, les personnages travaillent. Ils travaillent même beaucoup trop, emportés dans le tourbillon du néolibéralisme qui a érigé le travail, plus que l’argent, en seul dieu moderne. À la question rituelle effrayante “Tu travailles dans quoi?”, la narratrice de L’Instruction répond “Je travaille sans arrêt”. Peur de la précarité, peur de manquer d’argent, les raisons ne manquent pas, il y a même un terme consacré pour ces “gens qui cumulent de multiples activités”. On les appelle les “slashers“, expression qui ne manquera pas de faire surgir dans l’esprit du lecteur l’image du tueur dont l’apparition soudaine provoque l’effroi dans les films d’horreur…

Lire la suite sur le carnet Pense-bête.



Citer ce billet
Laurent Gallet (2024, 10 juin). L’Instruction, Isabelle Sorente (2023). Les moissons d'hypothèses. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11se8

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search