« Princeps philologorum : L’autorité du philologue dans les éditions de textes anciens à la Renaissance. »

La fin du XVe siècle voit paraître l’édition princeps de nombreux auteurs anciens, grecs et latins, grâce aux efforts conjoints des imprimeurs et des philologues humanistes. Tandis que l’intervention des éditeurs et des commentateurs restait parfois discrète dans les manuscrits médiévaux, reléguée dans les marginalia et dans les souscriptions, leur nom apparaît désormais en bonne place dans les éditions (titres, lettres liminaires, etc.), en même temps qu’augmente l’espace qui lui est dévolu. Dans quelle mesure ces choix éditoriaux témoignent-ils de l’évolution du statut et du rôle du philologue dans l’Europe de la Renaissance ? Quel usage fait-il lui-même de l’espace dont il dispose pour expliquer et légitimer son geste et construire ainsi, dans les textes publiés, une figure d’autorité, débattant de la validité de l’établissement d’un texte et de son interprétation ?

Lire la suite sur le carnet Ithac.



Citer ce billet
Laurent Gallet (2021, 30 avril). « Princeps philologorum : L’autorité du philologue dans les éditions de textes anciens à la Renaissance. ». Les moissons d'hypothèses. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rkye

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search