JE « Florent Chrestien, Ecrivain, traducteur et penseur humaniste. »

Proche de Joseph Scaliger, un temps ennemi de Ronsard, précepteur d’Henri de Navarre, Florent Chrestien tient une place de choix dans la vie intellectuelle et politique de la fin du XVIe siècle. Pourtant, si la critique littéraire en France s’est intéressée à lui, c’est surtout, et presque uniquement, pour son rôle dans la rédaction de la Satire Menippée, où il s’en prend avec virulence à Ronsard sous le pseudonyme de La Baronie. Bien que sa contribution à la tradition classique ait été peu étudiée, Florent Chrestien est très loin d’être l’homme d’une seule œuvre : il a commenté Catulle, Tibulle, Properce, et il est l’auteur de traductions aussi bien en latin qu’en français et en grec ancien.

Lire la suite sur le carnet Ithac.



Citer ce billet
Laurent Gallet (2021, 30 avril). JE « Florent Chrestien, Ecrivain, traducteur et penseur humaniste. ». Les moissons d'hypothèses. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rkyf

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search