Faut-il souffrir pour être entomologiste ?

Un des domaines les mieux pourvus dans le champ des échelles de douleur est celui des piqûres d’insectes. Le premier entomologiste à avoir testé sur son propre corps les différentes piqûres d’insectes pour les classer est Justin O. Schmidt à partir de 1984. Dans son premier article, les piqûres recevaient une note de 0 à 4 (4 étant le maximum et 2 correspondant à l’abeille apis mellifera) et étaient décrites qualitativement. Le but de cet article était de mettre en parallèle la létalité des venins sur les mammifères, l’action hémolytique des venins observée in vitro sur du sang de souris et la douleur perçue par l’observateur.

Lire la suite sur le carnet du Projet Desdémone.



Citer ce billet
Laurent Gallet (2021, 20 septembre). Faut-il souffrir pour être entomologiste ? Les moissons d'hypothèses. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rl1k

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search