[Parution] Jean-François Reynaud, avec la collaboration d’Olivia Puel, A la recherche d’un Lyon disparu. Vie et mort des édifices religieux du IVe au XXe siècle, Lyon, Alpara/MOM, 2021, 284 p.

Les églises médiévales lyonnaises ont connu une vie mouvementée. Nombre d’entre elles furent détruites lors des conflits armés, des guerres de Religion et à la Révolution, mais aussi du fait de l’évolution des pratiques religieuses ou architecturales, ou du développement d’espaces urbains nouveaux. Certaines ont totalement disparu : les anciennes basiliques funéraires Saint-Just et Saint-Laurent de Choulans, Saint-Étienne et Sainte-Croix du groupe épiscopal, des chapelles et recluseries. D’autres ont été reconstruites au cours des siècles, comme Saint-Irénée, Saint-Martin d’Ainay, Saint-Nizier et les premières cathédrales sous Saint-Jean. Grâce à l’intérêt pour le patrimoine, surtout médiéval, qui se développe au cours du XIXe siècle, les églises qui étaient encore debout ont été sauvées, mais souvent transformées. À partir de la seconde moitié du XXe siècle, l’étude du patrimoine religieux lyonnais connaît un nouvel élan, avec l’essor de l’archéologie du sous-sol et de l’archéologie du bâti.

Lire la suite sur le carnet Doc-Ciham.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search