Appel à contributions “Modernités en Asie orientale (Chine, Corée, Japon, Vietnam)” (2, 3 juin 2021, Université Lyon 3)

La modernité est souvent associée à l’Occident ou à l’occidentalisation. Le point de vue dominant des historiens à propos de la modernité en Asie orientale, quel que soit leur pays d’origine, a été pendant longtemps le suivant : c’est grâce à l’Occident que l’Asie orientale s’est modernisée. Cela traduit incontestablement une partie de réalité historique. On sait que l’Occident a grandement contribué à la modernité en Asie orientale dans les domaines industriel, culturel, philosophique, scientifique… La diffusion du savoir occidental a aidé à la prise de conscience des élites locales qui se sont mises à partir de la seconde moitié du XIXe siècle à la modernisation de leurs pays respectifs et ce d’abord au Japon, qui a, à son tour, entraîné ses voisins dans ce processus modernisateur. Or, cette vision des choses, unilatérale et linéaire, ne peut qu’être partielle, voire partiale, car elle gomme habilement une autre réalité, celle d’une modernité concomitante, voire antérieure à celle de l’Occident.

Lire la suite sur le carnet Études transtextuelles et transculturelles.



Citer ce billet
Laurent Gallet (2021, 18 novembre). Appel à contributions “Modernités en Asie orientale (Chine, Corée, Japon, Vietnam)” (2, 3 juin 2021, Université Lyon 3). Les moissons d'hypothèses. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rl4d

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search